Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog




Editeur : Seuil (Collection Science Ouverte)

Publication : Février 2008

Pages : 169


Une simple compilation d'articles zoologiques ?

Ce livre aurait pu être écrit par un des personnages de Paul Auster, un de ces êtres qui compile à l'infini une quantité d'informations sur un sujet bien précis mais sans avoir la moindre idée de ce que cela peut lui apporter en tant qu'être. La quête d'identité de tout collectionneur en quelque sorte.

Et moi, lecteur, que vais-je trouver dans ce livre qui regorge de paragraphes regroupés par thème ? Chacun de ces paragraphes décrit un comportement animal, très particulier. De l'araignée femelle qui mange son partenaire à la méduse qui a quatre cerveaux et soixante-quatre anus, en passant par le dernier dauphin d'eau douce, ce florilège s'éloigne des portes de l'anthropomorphisme au pied desquelles il m'a, un instant, fait croire qu'il pouvait pénétrer, pour prendre une dimension fantastique : celle de la diversité de la vie, de ses variétés improbables, de ...

Cela ne vous dit certainement rien. Je vais prendre quelques exemples au hasard (le hasard n'existe pas !).

     L'espoir

« Panulirus argus, le homard, partage ordinairement sa retraite sous-marine avec un congénère. Lorsque ce dernier est contaminé par un virus, et juste avant qu'il ne devienne contagieux, son camarade le quitte et va vivre ailleurs, sans que l'on sache très bien comment il détecte la présence du virus. »


     Chat de Schrödinger

« Le marquage des manchots n'est pas anodin. Ceux qui portent aux nageoires des marques métalliques fixées par les chercheurs rentrent plus tard au nid et ont, en moyenne, moins de petits. »


« Les tortues marines ne pondan que sur les plages désertes, la présence de touristes ou de bateaux empêche toute ponte. »

« Les cachalots (Physeter catodon) sont restés silencieux lors de l'invasion de Grenade par les troupes américaines en 1983. Les sonars de la marine américaine ont probablement brouillé leur système de communication par ultrasons. »

     Là où les tigres sont chez eux...

« En Inde, il faut qu'un tigre ait tué trois personnes pour qu'il soit qualifié de "mangeur d'hommes". La réserve de Sunbardan, dans le delta du Gange, abrite nombre de mangeurs d'hommes. Dans cette région, les tigres n'ont jamais été chassés et n'ont donc développé aucun crainte de l'homme. »


     Pour la réflexion !

« D'une façon générale, les petits animaux domestiques élevés pour leur viande sont devenus plus grand, et les gros animaux sont devenus plus petits - le boeuf a remplacé l'énorme aurochs. Un point commun : la taille du cerveau a diminué dans les deux cas. »


« En 2007, le dernier dauphin d'eau douce (Lipotes vexillifer) a disparu des eaux boueuses du Yangzi. »

Ca suffit, je risque de payer des droits d'auteur, j'ai dévoilé une grosse partie du bouquin ;)

J'ai été époustouflé par quelques anecdotes, et par certains faits. Ainsi, dans la partie un peu technique, le nombre de Strouhal, dont la valeur est commune à tous les poissons et les oiseaux, est une découverte bouleversante pour moi !Et quelle fin tragique pour le po'o-uli ! Et que dire du rat Razza...

En résumé

Je regrette parfois un peu la tendance à vouloir humaniser (à tort ou à raison) les animaux, à leur trouver des caractères humains dans tout ce qu'ils entreprennent. Pourtant, si c'est bien la tendance de ce livre, c'est également sa raison d'être. A travers ces exemples éthologiques, nous, les êtres humains, nous pouvons en tirer quelques leçons sur notre propre existence, sur notre propre société. C'est l'objectif de ce petit ouvrage.

Ce livre n'est donc pas qu'un ensemble de brèves extraites des magazines scientifiques naturalistes. C'est avant tout un regard sur le vivant et sur le phénomène magique qu'est la vie, au travers d'expériences anodines de prime abord, mais qui en disent long sur le lecteur et ses congénères.
Tag(s) : #Essais

Partager cet article

Repost 0