Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Editeur : Pocket

Publication : Décembre 2008 (3ème édition)

Pages : 117


Je veux aller au cinéma le voir

Mon papa me laisse écrire un article tout seul, alors je vais vous raconter l'histoire de Benjamin Button qui a décidé sans le vouloir de naître un jour comme un vieillard et de vivre toute sa vie à l'envers, c'est-à-dire que lorsque le temps il passe, Benjamin Button qui est déjà vieux au départ, il devient de plus en plus jeune.

Au début, cela m'a fait tout drôle de savoir que le vieillard était considéré comme un bébé, et c'est pourquoi son père à Benjamin Button il le rejette. Après, on s'aperçoit que le bébé qui est une espèce de vieux passe du bon temps avec son grand-père qui fait le même âge, parce qu'ils ont des similitudes et qu'on les considère l'un et l'autre de la même façon, alors ils se racontent des choses entre eux, des choses qui les concernent.

Quand Benjamin veut s'inscrire à l'université, les gens se moquent de lui parce que physiquement c'est un vieux, mais en fait, il est jeune dans sa tête et pourtant, il faut croire que dans la vie, on ne peut vivre en société que si on fait l'âge qu'on est censé avoir pour faire les choses.

Plus tard, quand Benjamin vieillit, il devient plus jeune physiquement, et c'est avec son père, qui pour le coup a le même âge que Benjamin se sent le plus proche. On ne parle plus du grand-père à ce moment là. Mais le père est très fier de son fils qui lui ressemble, comme si c'était un miroir qui avait de l'avenir.

Quand Benjamin Button tombe amoureux d'une fille plus jeune (beurk, les filles c'est nul), elle lui dit qu'elle s'ennuie avec les gars plus jeune parce qu'ils ne parlent que de champagne et d'argent, et qu'ils ne sont pas matures. Elle épouse Benjamin, mais tous les gens disent que c'est une trop grande différence d'âge et qu'elle épouse un vieillard. En fait, plus les années passent et plus Benjamin devient jeune.

Heureusement que les gens sont bêtes et qu'ils z'ont une mémoire de poisson rouge (je crois que ça a à voir avec un truc que les grands appellent tout le temps carpe diem), et qu'ils oublient tout le temps ce qui s'est passé quelques années auparavant, sinon tout le monde trouverait bizarre ce Benjamin Button.

A un moment, Benjamin doit avoir le même âge que sa femme, mais c'est une période de sa vie où Benjamin travaille beaucoup trop et il n'a pas beaucoup de temps à lui accorder. Elle le savait, elle qui a dit à un moment que les jeunes étaient immatures, que les trentenaires travaillaient trop et que les vieux étaient trop proches de la mort.
Cette période là de sa vie est marquée par la guerre, mais la guerre fait s'écouler le temps trop rapidement, et Benjamin ne voit rien passer.

Puis Benjamin devient de plus en plus jeune, se venge de l'université qui l'a refusé, et fait des trucs de jeunes. Il devient très proche de son fils, mais comme Benjamin devient de plus en plus jeune, jusqu'à redevenir un enfant, il devient un boulet pour toute sa famille, pour son fils plus particulièrement. Son fils n'a pas tellement envie de s'occuper de son père et lui donne une nourrice. Jusqu'à ce que Benjamin redevienne un bébé.

J'ai beaucoup aimé cette histoire, parce qu'elle raconte que n'importe quel bout qu'on prend la vie d'un homme, les extrémités sont toujours des étapes où on dépend de quelqu'un d'autre de sa famille. Qu'on la prenne à l'endroit ou à l'envers, la vie est toujours un peu la même.
Et puis l'autre chose que j'ai trouvé bien montré, c'est que l'âge est quelque chose d'important dans les relations entre les hommes, et que c'est dommage qu'un enfant ne puisse pas faire certains trucs s'il est déjà prêt dans sa tête, et qu'un vieillard soit relégué à l'arrière plan s'il est encore vif dans son esprit.

Je suis sûr qu'il y a encore tout plein d'enseignements qu'on peut tirer de cette nouvelle, mais je ne suis pas encore assez grand pour tout comprendre. Mais j'ai beaucoup aimé et j'ai envie de voir le film maintenant. Merci papa pour m'avoir laissé écrire et corrigé les fautes d'orthographes, enfin presque toutes.
Tag(s) : #Littérature américaine

Partager cet article

Repost 0