Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 


 

Editeur : Belfond

Publication : Février 2008

Pages : 183

 

Un livre dédicacé

Lorsque j'ai acquis ce livre avec la griffe gentille de l'auteur, j'étais emballé de pouvoir lire un livre d'un auteur qui était une lectrice assidue de Paul Auster. C'est définitivement cet argument qui m'avait convaincu de faire l'acquisition de ce roman. Paul Auster. Voilà  un bel argument de vente, finalement. Je dois également avouer que la couverture est assez jolie, même si elle est un peu bizarre (pourquoi ces cétacés dans le ciel d'un New York brumeux ? :) ).

Inconsciemment, le titre a dû me plaire. Les constellations du hasard. C'est un très beau titre. Cela ne veut rien dire, mais c'est beau. Cela pourrait sortir tout droit d'un poème. Mais franchement, une constellation, je vois ce que c'est : un regroupement d'étoiles. Plusieurs constellations, cela peut faire une voûte céleste. On pourrait dire les constellations du ciel, mais sans préciser, cela veut dire la même chose. Ca sent le pléonasme. En revanche, une constellation de fleurs, cela peut faire un bouquet. Sauf qu'on imagine bien que la constellation, ce n'est pas un amas globulaire, mais plutôt une association géométrique d'objets distants dans l'espace mais dont la projection sur une partie plane ou sphérique (mais en deux dimensions, une projection donc) propose des possibilités géométriques de pouvoir relier certains objets entre eux.

Je suppose donc que le terme "constellations" veut dire ici qu'on réalise des regroupement sselon un critère aléatoire ("hasard"), mais avec des allures de trompe-l'oeil, d'objets qui n'ont aucun rapport entre eux. Et comme il y a plusieurs constellations, il y a plusieurs regroupements d'objets qui n'ont rien à voir entre eux. Kervalec, Asturias, Auster : trois destins qui n'ont rien à voir, si ce n'est celui d'être projetés dans le plan d'un même roman ??

Et quand on rajoute la dernière touche à ce titre, le hasard, on comprend que c'est carrément une théorie du chaos qui se profile derrière cette littérature ! Les constellations du hasard, cela ressemble à un attracteur étrange ;)

Là où je n'ai pas aimé le style

Je suis un grand râleur, je le sais, mais je suis également ici pour dire ce que j'ai pensé d'un livre. Et là, c'est le style du livre qui m'a empêché d'apprécier le roman. Si le style n'est pas franchement mauvais, il ne m'a guère emballé. Je n'ai pas retrouvé l'intensité que Paul Auster instille dans ses romans - c'était pourtant une belle occasion pour l'auteur français d'imiter son collègue américain ou du moins son traducteur chez Actes Sud. Occasion manquée, selon moi.

Le personnage de Kervalec est sans grande consistance. Il parle à un chien comme si c'était sa future femme, il marmonne comme un gamin à qui on aurait planqué le pot de Nutella, il chouine comme un furet en laisse. Les personnages secondaires sont un peu stéréotypés. Les descriptions sont sans trop mièvres et manquent de ce petit quelque chose qui fait que la magie n'opère pas avec le lecteur que je suis. Seule l'intrigue semble pouvoir prendre un détour agréable au moment où l'histoire d'Alejandro Asturias démarre. On sent bien que l'auteur n'est pas à son aise avec le roman, mais qu'elle aime le théâtre.

L'histoire, en quelques lignes

Kervalec, un breton plein d'espoir, rêve de rencontrer Paul Auster pour que ce dernier le prenne sous son aile et le propulse au rang de grand écrivain de ce bas monde. Le jeune français un peu fou-fou perd ses illusions en se faisant rapidement dépouiller dans les rues amicales de New York, de son argent, de son billet retour, de son manuscrit. Quel dommage ! Il est de ce fait "obligé" de satisfaire les désirs de son logeur, afin de pouvoir lui régler son loyer. Heureusement, ces désirs ne consistent qu'en la rédaction de l'histoire d'Alejandro Asturias.
Tag(s) : #Littérature française

Partager cet article

Repost 0