Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



 

Editeur : Bordas

Publication : 1986

Pages : 101

 

La fin justifie les moyens...

Nicolas Machiavel est probablement un philosophe à la manière de Montaigne. Il s'inspire des auteurs antiques pour trouver les réponses à des questions actuelles. C'est dans ce sens, et également pour faire un cadeau exceptionnel à son prince, Laurent de Médicis, qu'il rédige Il Principe en 1513. Dans la préface, l'auteur lui-même s'excuse de dicter quelque règle à une personne de noble condition, mais justifie son acte par le fait d'être le mieux placé pour prendre du recul :
« Il paraîtra peut-être téméraire à moi, né dans une condition obscure, do'ser donner des règles de conduite à ceux qui gouverne. Mais comme ceux qui ont à dessiner des pays montagneux se placent dans la plaine, et sur des lieux élevés lorsqu'ils veulent lever la carte d'un pays plat, de même, je pense qu'il faut être prince pour bien connaître la nature et le caractère du peuple, et plébéien pour bien connaître les princes. »

Certes... Nicolas Machiavel, même s'il reste licencieux - et il a tout intérêt de le rester ! -, nous dévoile l'image des hommes de l'ombre, ceux qui finalement ont le plus d'influence sur les dirigeants, à l'exception peut-être de leurs propres femmes. C'est un des attraits de ce petit traité de philosophie, car il ne faut pas perdre de vue que ce petit livre est aux origines des Essais de Montaigne (1595), et du Discours de la servitude volontaire de La Boétie (1548). Nicolas Machiavel est donc un précurseur chez les Humanistes de la Renaissance, et plus particulièrement, il élabore les prémisses de la philosophie politique de ses contemporains et successeurs. Même si son traité est à rapprocher de celui des antiques, il a l'avantage d'être le plus adapté à la configuration politique que nous connaissons aujourd'hui. Je ne doute pas un seul instant que quelques dirigeants d'entreprise se confrontent à la lecture du Prince afin d'y trouver les recettes qu'ils mettront en application afin d'asseoir leur poste... Après tout, pourquoi pas, si c'est la finalité de cet ouvrage !

Un livre d'une simplicité impressionnante

Nicolas Machiavel possède un style simple. A la manière d'un Montaigne, il use d'exemples précis pour appuyer ses propos. Le lecteur s'y retrouve facilement dans ce petit traité de politique à l'usage des dirigeants. Le comportement des sociétés et des hommes est passé au crible avec beaucoup de talents. Si le comportement des sociétés constitue l'essentiel du savoir de Machiavel, voici un petit exemple de ce qu'il pense de celui des hommes (chap. VI) :
« Les hommes suivent presque toujours les routes déjà battues par d'autres, et ne se conduisent dans leurs actions que par imitation ; or, comme on ne peut tenir en tout la même route, ni parvenir à la hauteur de ceux qu'on prend pour modèles, un homme sage doit ne suivre que les chemins tracés par des hommes supérieurs et imiter ceux qui ont excellé, afin que s'il ne les égale pas en tout, il en approche du moins en quelques points. Il doit faire comme ces prudents tireurs d'arcs qui, trouvant le point auquel ils se proposent d'arriver trop éloigné, et appréciant la force de leur arme, visent plus haut que le but uniquement pour pouvoir l'atteindre. »

Le discours est limpide, comme vous pouvez le constater. N'oublions pas qu'il s'adresse à un Prince ;)

L'influence de Machiavel

S'il décrit avec finesse tout ce à quoi un Prince peut être confronté durant l'exercice de ses fonctions, Machiavel n'en n'oublie pas d'inciter son Prince à organiser la réunification de l'Italie, en quelques sortes finalement, dans un chapitre final intitulé « Exhortation à délivrer l'Italie des barbares ».
Un petit essai talentueux et qui traverse les âges sont aucune difficulté. Malgré les critiques sur le fond de la pensée de Machiavel, Le Prince est certainement un des traités qui s'applique le plus simplement au monde réel, un modèle de pragmatisme, sans être pour autant un manuel d'existence. Sûrement un livre que nos dirigeants s'amusent encore à lire, avec L'art de la guerre de Sun Tzu.

Ce livre a été lu en commun / parallèle avec Kalistina ! Je vous invite à visiter son article pour consulter les autres articles de cette lecture commune.
Tag(s) : #Essais

Partager cet article

Repost 0