Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

5 / 5


C'est l'histoire d'un chef-d'oeuvre absolu de la littérature. Et c'est là que le bas blesse : son auteur pourrait probablement être exécrable, il a quand même digéré une existence de chair et de sang, de souffrance et d'abandon, de douleur et d'absurdité. C'est un voyage qui se passe dans la tête. La nuit, c'est le monde, le monde en pleine ébullition du début du XXème siècle. A l'aube d'un monde de tortures et de terreurs, le parcours de Bardamu porte en lui les germes de l'absurdité du monde qui éclora quelques années plus tard.

Je n'ai aucune idée de ce qui a pu être dit sur Céline, de toutes les analyses qui ont pu être faites sur son roman. Ce que je vois quand je lis Céline, c'est une prose explosive, raffinée et brûlante à la fois, entre les enfers et le paradis, une écriture qui vient des tripes et pas seulement celles de l'auteur, mais toutes celles de l'humanité. Car pour écrire ce livre, pour lire et comprendre, avaler, absorber, ce livre, il faut être à l'écoute de l'humanité, celle qui souffre et qui nous regarde avec ses yeux pourris, pour nous dire à quel point nous sommes pourris et misérables. Et quand on fouille dans cette pourriture, à force de remuer, on finit par trouver.

Car sous ces litres de fanges, Céline nous laisse entrevoir l'espoir, le nécessaire espoir, et même si personne n'y croit plus, si personne ne veut plus y croire, tout ce monde-ci n'est pas vain, toute cette nuit n'est pas sans espoir. Il est évident qu'au bout de la nuit, il y a l'aube, mais quelle aube ? Celle des camps de concentration ? Celles des bombes nucléaires ? Celles de l'exploitation des richesses par les grandes puissances, ces colons qui agissent à visages masqués ?

Malgré l'absurdité du monde, tel qu'il est vu par Céline, tel qu'il est réellement, je ressens derrière chaque lueur dans ce livre, les éclats de l'aube que Céline aurait voulu, un éternel recommencement, auquel s'ajoute la conscience collective, plus important que tout le reste. Le monde n'est pas sans espoir, après la nuit, viendra la lumière. Fiat lux.

Pour être honnête, il m'a fallu presque un an pour terminer ce livre. Mais c'est sans conteste le livre le plus marquant de cette année et peut-être même de ces dernières années. En faisant abstraction de tout ce qui a pu être dit sur l'auteur et de tout ce que Céline aura pu faire, je trouve qu'il y a indéniablement du génie dans chaque paragraphe de ce livre. Un génie de la littérature pour moi.

Tag(s) : #Littérature française

Partager cet article

Repost 0