Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

3 / 5



Résumé :


Ce sont les mémoires de 1929 à 1945 de Simone de Beauvoir. Au sortir de l'agrégation de philosophie, de Beauvoir raconte les années d'insouciances de l'entre-deux guerres, ses débuts dans l'enseignement (Marseille, Rouen, Paris), ses randonnées aventureuses un peu partout en France, ses voyages avec Sartre (Espagne en 1934, Italie sous Mussolini, Londres, Berlin, Grèce), leurs passions communes pour les arts et le monde intellectuel de l'époque (découverte de Heiddeger, de Husserl, lectures, théâtre et cinéma américain), la découverte de la politique - sans y prendre part -, les relations amicales et professionnelles du monde littéraire de Paris (Dullin, Nizan, Olga, Bost, Pagniez, Mme Lemaire, etc...) et les tentatives inespérées pour écrire un roman.
    Puis vint la guerre : les évènements s'enchaînent et pourtant tout semble rester flou ; Sartre est mobilisé, fait prisonnier, puis arrive à se libérer et rejoindre Paris ; de Beauvoir s'organise une vie en aller-retour entre Paris et province. Lorsque l'espoir d'une victoire alliée commence à poindre, Sartre et de Beauvoir organisent leurs petites vies parisiennes avec leurs nouveaux amis (Leiris, Camus, ...).
    Enfin, la Libération arrive en concomittance avec la publication de l'Invitée, le roman de Simone de Beauvoir.

Avis (notes de lecture) :


  • Autobiographie intéressante à une époque charnière de la littérature française (et de l'histoire de France du XXème siècle) ;
  • Points intéressants sur la vie de deux philosophes confrontés à la réalité dramaturgique de l'Histoire : comment ils ont évolué vers une implication dans la vie sociale en dépit de leurs initiales réluctances ;
  • Quelques parties longues et laborieuses, notamment les explications sur l'écriture de son roman. Néanmoins, l'ensemble est réellement digne d'intérêt, aussi bien d'un point de vue historico-politique, que d'un point de vue littéraire et artistique ;
  • Le journal pendant la guerre est passionnant ;
  • Le style est excellent, peut-être très académique (vocabulaire soigneusement choisi) mais il y a un grand talent de narration ;
  • Je suppose que de Beauvoir a cherché tout de même à embellir certaines situations, comme par exemple sa relation avec Sartre. J'ai le sentiment qu'à ce niveau-là, il y a un certain manque d'objectivité (mais ce livre est peut-être plus un roman qu'une réelle autobiographie).

Citations :


p. 350 : « [...] trois jeunes Français, barbus, soucieux de ne pas "se faire avoir", discutaient le prix du passage avec une arrogance qui couvrait mal leur avarice : en visite dans un pays pauvre, ils se seraient crus exploités en n'exploitant pas. »

p. 688 : « Des phrases qui m'avaient paru creuses, j'en ai découvert intimement la vérité : il faut accepter de mourir quand il ne reste aucun autre moyen de sauver sa vie ; la mort n'est pas toujours un absurde accident solitaire : parfois, elle crée avec autrui des liens vivants ; alors, elle a un sens et elle se justifie. » => cf. Socrate.

Tag(s) : #Littérature française

Partager cet article

Repost 0